Grimlair

 

Texte creux, fade et pauvre en terme de métaphores et belles paroles.
Nul besoin de discours misanthro-depressif, crasseux, et factice.
La brutalité de la simplicité primaire me convient amplement en tant qu'Homme semblable à tous afin de faire connaître ce qui se cache derrière ce nom : Grimlair.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Avant le commencement, la mise en place concrète, rien ne prédestinait la tournure (d'un point de vu musical), les thèmes abordés, la lucidité et l'univers qui font l'existence de ce groupe.
C'est en atteignant l'âge de comprendre certaines choses, de ce qui nous entoure et ce qu'il se passe.
L'aspect coloré et innocent de l'enfance s’efface pour laisser place à une toute autre réalité.
Les Êtres humains bouffent, boivent, baisent, éradiquent, mentent, s’entrebouffent, s'auto-éradiquent, rient puis oublient, déciment, etc.... pour au final finir dans un trou et sur des photos rangées dans un classeur ou une boîte que l'on ressortira occasionnellement pour se remémorer des souvenirs oubliés. Pour les débuts mes souvenirs sont encore présents, nul besoin de ressortir quelconques photos pour le moment. Le poids entre l'aspect factice et l'aspect sale, sombre et merdique de nos vies et notre passage n'était pas répartit équitablement.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est entre 2004 et 2005 que j'ai commencé à contribuer comme je le pouvais à étaler ce côté malvenu que beaucoup refusent de voir et de croire. Mais malgré l'honnêteté, la satisfaction n'y était pas, le fond y était mais la forme n'avait aucune identité propre, tout avait déjà été exploité.
Après plusieurs démos, splits et albums j'ai enfin trouvé la source du problème : Un silence qui fait du bruit ou bien des cris qui restent silencieux. C'était le fond et non la forme, je ne faisais que réciter ce que tous récitaient déjà alors que la source de l'identité qu'il manquait était toute proche.
De quoi ai-je envie ? Où aimerai-je me retrouver ?
C'est à partir de 2009 plus précisément avec l'album "Tragedy In Silence" que Grimlair trouva tout le sens de son existence en imaginant et créant ce lieu et tout ce qu'il s'y passe : 7<O>7
Univers dirigé par l'Observatoire, immense tour qui gouverne et règle tout ce qu'il s'y passe.
Univers dont je suis le porte-parole à travers ces mélodies et mots personnel(le)s et parfois dans un langage inconnu de tous mais propre au 7<O>7.

Il n'y a pas de position plus que d'avoir compris et de rester encore en vie.